Flatter les papilles d'ici avec des saveurs d'ailleurs
Nouvelles

Flatter les papilles d’ici avec des saveurs d’ailleurs

Rester authentique tout en ménageant les palais québécois, c’est le défi que relèvent des restaurants aux spécialités réputées pour mettre le feu à la bouche. « La cuisine indienne faisait peur aux gens quand j’ai ouvert Gandhi », se rappelle Faruk Ahmed, propriétaire de cet établissement du Vieux-Montréal. C’est en 2001 que ce Bangladais arrivé au Canada à l’adolescence s’est lancé à son compte, après avoir travaillé plus de dix ans dans la restauration. Une adresse qu’il a voulue plus haut de gamme et plus moderne que les restaurants indiens habituels.

Pour réconcilier les Québécois avec les mets épicés, Gandhi a adapté ses recettes afin de les rendre moins piquantes et plus crémeuses. De plus, les plats peuvent être plus ou moins relevés selon la volonté des clients. « Sur une échelle de un à dix, on leur propose de débuter à un ou à deux puis de demander une version plus épicée lors de leur prochaine visite, explique Faruk. Certains finissent par aller jusqu’à huit. Mais ce n’est pas une compétition ! »

Épices fraîches et service authentique

Afin de cuisiner des plats goûteux mais pas trop piquants, les viandes sont marinées à l’avance avec des épices et les piments sont ajoutés à la sauce au moment de la commande. « Même en Inde, les gens aiment manger plus ou moins épicé », fait remarquer le propriétaire. Pour faire aimer la cuisine indienne, Gandhi mise également sur la qualité des ingrédients, notamment sur celle de la trentaine d’épices utilisées par le chef. En effet, elles doivent être fraîches pour apporter un maximum de saveur, précise Faruk : « Elles deviennent fades après quelques mois ».

Le restaurant Gandhi, qui s’approvisionne auprès du même fournisseur depuis près de 15 ans, commande donc ses épices en petite quantité pour éviter qu’elles ne restent trop longtemps sur les étagères. Soucieux d’offrir à ses clients une expérience raffinée, Faruk porte toujours une grande attention au service, qu’il veut authentique : « Je souhaite que les gens se sentent comme s’ils étaient reçus au Bangladesh ».

Chez Gandhi, le riz est servi du plat à l’assiette par les serveurs et des serviettes humides chaudes sont distribuées aux clients à la fin du repas. « C’est ainsi que l’on fait chez moi », conclut Faruk, qui tient à faire partager les traditions de sa terre natale…

Gandhi
230, rue Saint-Paul Ouest – Montréal
514 845-5866
restaurantgandhi.com