L'art du Negroni
Nouvelles

L’art du Negroni

Ouvert discrètement il y a trois ans dans le hall d’entrée de l’hôtel Épik, situé au cœur du Vieux-Montréal, le restaurant éponyme a développé une signature unique autour de la tradition culinaire italienne. Au menu, rien de complexe, mais beaucoup d’authenticité.

« On ne voulait pas de restaurant thématique avec le drapeau italien et encore moins d’un attrape-touristes. On propose des plats modestes et savoureux de toutes les régions d’Italie », détaille Mathieu Poirier, directeur de l’établissement.

En complément à son offre alimentaire, Épik a lancé à l’hiver son bar à Negroni, le cocktail italien par excellence. La petite histoire attribue sa création au barman Fosco Scarselli; ce dernier aurait concocté à Florence en 1919 une version plus alcoolisée du classique Americano à la demande de son ami, le Comte Camillo Negroni, en alliant campari, gin et vermouth.

Chez Épik, le bar à Negroni se décline en deux expériences, en permettant aux amateurs de créer leur propre mélange d’alcools ou en leur faisant découvrir l’une des ingénieuses recettes de la maison.

restaurantepik_thefirsttimer-2lr

Recettes pour amateurs et néophytes

« Du côté des gins, on utilise le Bombay à la base, mais dans le plus haut de gamme on a du Hendrick’s, et pour ceux qui seraient curieux d’essayer une version locale, du St-Laurent », explique Mathieu. Une stratégie similaire a été déployée du côté des vermouths. Au familier Cinzano s’ajoutent le Dolin de Chambéry, moins connu et plus sucré, ainsi que le Rouge Gorge, un vermouth de cidre québécois.

Pour ce qui est des créations de l’établissement, Mathieu espère que sa carte fera sortir les amateurs des sentiers battus tout en permettant aux néophytes une première incursion: « Nous avons notamment pensé à ceux qui trouvent que le Negroni est trop goûteux, trop amer, et développé The First Timer, pour lequel on remplace le Campari par de l’Aperol et où on travaille avec un vermouth blanc. »

Un effort particulier a été consacré au développement du caractère distinct de chaque cocktail grâce au choix de verre, au style de garniture et même au type de glace employé! Le Sbagliato, par exemple, inventé après qu’un barman eut utilisé du mousseux au lieu du gin, est servi avec de la glace concassée. « Nous avons trouvé que ça faisait bon ménage avec l’effervescence! »

Les vendredi et samedi soirs, les Negronis d’Épik se dégustent au son de la musique live de Mel D’Amato, lui-même italien. À défaut d’un pied-à-terre à Florence, un Negroni, ça vous dit?

restaurantepik_pichetnegronipartage-1lr

Restaurant Épik
171, rue Saint-Paul Ouest – Montréal
restaurantepik.com
514 842-2912