Effet bœuf en région pour le Boefish
Nouvelles

Effet bœuf en région pour le Boefish

Vétérans du Keg Steakhouse et mordus des ouvertures, Alexandre Lacombe et la chef Lana Godbout ont saisi une opportunité d’affaires en septembre dernier en démarrant leur premier Boefish à l’OTL Gouverneur Sherbrooke.

Le Boefish (prononcé « bo » et « fish »), est une contraction de bœuf et poisson, un clin d’œil à l’offre de leur steakhouse. Selon Alexandre, son concept saura bien se démarquer par son approche sans compromis : thon frais – une rareté même à Montréal –, vivier pour les homards, viandes certifiées USDA et CAB, les plus beaux produits sont apprêtés avec simplicité dans une atmosphère qu’il qualifie de trendy.

« Il y a définitivement un changement d’habitudes. Les 25-45 ans ont des demandes qui sont différentes de celles de leurs parents. Moi-même j’ai 32 ans, et les nappes blanches et la musique classique c’est pas pour moi! Mais je vais dépenser 350$ pour deux, assis au bar », indique-t-il en rigolant.

La star, c’est le bœuf

Si l’ambiance attire son lot de clients, c’est surtout la viande qui fait ou brise la réputation d’un steakhouse. Passionné du domaine, Alexandre n’a épargné aucun effort pour offrir un produit qu’il estime exceptionnel. D’abord, il a aménagé un frigo pour vieillir ses tomahawks et faux filets pendant 45 jours. Ensuite, il a équipé sa cuisine d’un gril de cuisson infrarouge unique au Québec, qui saisit à la mirobolante température de 1600⁰F.

« Chez nous, il n’y a pas d’épices à steak. On met juste un peu de gros sel, pour ne pas changer le goût de la viande. À cette température-là, on obtient une belle caramélisation à l’extérieur sur toute la surface, pas juste des marques de grilles. »

En amont de l’ouverture, Alexandre a même fait venir un chef new-yorkais afin de s’assurer d’une bonne maîtrise de la technique, qui permet aussi de sceller les jus dans la viande et de faire fondre le gras de manière optimale.

Un concept en expansion

En mai, un deuxième Boefish s’est greffé à l’OTL Gouverneurs Saguenay à Chicoutimi. Alexandre souligne les avantages de cette association avec la chaîne hôtelière, puisque ses établissements ont également obtenu les contrats de restauration. « Le but, c’est de grossir. À Montréal, tu n’as peut-être pas besoin d’un concept comme Boefish présentement, mais en région, c’est très l’fun de pouvoir proposer ça! »

Boefish
3131, rue King Ouest, Local B – Sherbrooke
819 780-1444
boefish.ca