Pourquoi Pastel est l'un des meilleurs restos de Montréal
Nouvelles

Pourquoi Pastel est l’un des meilleurs restos de Montréal

J’avais déjà entendu beaucoup de commentaires positifs sur Pastel depuis son ouverture en juin 2018. Je me disais qu’il faudrait y faire un tour, mais j’ai attendu un peu que l’équipe s’installe, qu’elle se rôde… Puis le temps a passé. La vie, hein. Et puis le mois dernier, enRoute sortait son classement des meilleurs nouveaux restaurants du Canada, où Pastel figurait en 8e place – il est d’ailleurs le seul resto montréalais à s’être hissé dans le top 10. Bref, un bon rappel qu’il était plus que temps d’aller y manger.

Et – attention spoiler – Pastel a complètement remplit lesdites attentes ; en fait, il m’a tout simplement ravie. D’abord parce que cet endroit va à rebours des tendances : si dans la plupart des restos gastronomiques on retire les nappes et le classicisme pour aller vers plus de modernité, Pastel remet au goût du jour ces traditions devenues surannées. Ici, la table est nappée (de rose pâle) et on mange avec de l’argenterie (je ne me souviens plus de la dernière fois que j’ai vu ça au resto).

Pastel n’est pas vieillot pour autant, loin de là. Si les serveurs sont en uniformes, il s’agit d’une chemise bleu pâle portée de façon décontractée, et si la playlist est vintage, elle se compose de bons titres pop-rock. La salle est sobre mais chic. La touche décalée, ce sont ces néons graphiques qui assurent l’éclairage, ou les motifs pastel et ludiques ornant les murs. Un rappel du nom de l’endroit, qui évoque les craies et la créativité libre de la jeunesse. L’ambiance pastel est à l’opposé de celle du Fantôme, l’autre table du duo de propriétaires Kabir Kapoor (en salle) et Jason Morris (en cuisine), avec son antre sombre éclairée à la chandelle.

Passons à table. On longe la cuisine ouverte, et regarde au passage le dressage des assiettes est une première mise en bouche. Une fois installés, le ballet commence. On y va avec le menu découverte en neuf services, pour avoir un tour d’horizon des saveurs Pastel. Il y a d’abord le plaisir des yeux quand on voit arriver les assiettes tout en couleur et géométrie. « Notre cuisine est technique et créative, mais on ne veut pas oublier le goût, qui reste essentiel, nous indique Kabir Kapoor. On veut qu’après chaque plat le client ait envie d’en reprendre encore… »

Et c’est exactement ce que je me suis dit en regardant à regret partir mon petit pot vide de chawanmushi, un flan aux œufs vapeur d’inspiration asiatique. Accordé avec un saké, c’était une allégorie parfaite de l’umami. Un régal vert. Un poème conjugué en japonais. Même sentiment après le bar à la vapeur, cuit à la perfection, si simple mais tellement savoureux [note à moi-même : ne plus écrire de critique à 11h35, quand on retombe dans la nostalgie de plats succulents alors que la faim commence à se faire sentir et avant un lunch-sandwich peu appétissant]. 

L’aspect ludique se retrouve dans la créativité autour des produits ou dans l’audace des mélanges, comme ce carpaccio coloré de betteraves rehaussé d’une gourmande sauce d’os à moelle. On se prend aussi au jeu, celui des devinettes : on demande les vins à l’aveugle, histoire de voir si le palais de mon accompagnateur, ancien sommelier, est toujours bien aiguisé. On note au passage l’efficacité de la carte des vins, précise et bien faite, où on y déniche de belles trouvailles (Sébastien Riffault, ou ce Chablis de Laurent Tribut). L’efficacité des accords aussi, parfois surprenants, toujours bien pensés. 

Et puis il y a la rigueur des grandes maisons qu’on sent dans le service impeccable et chaleureux. Enfin, il y a les petits détails : les pains qui sont faits maison à l’étage du dessous, ou encore la vaisselle réalisée à la main par la mère du chef dans son atelier de poterie. C’est une jolie parenthèse de gastronomie maîtrisée et technique, mais aussi ludique et joyeuse. Un moment doux qui vient colorer la grisaille des premières neiges. Quand on me demande mon resto favori du moment, je dis la même chose depuis mars dernier (la Tanière)… Mais j’ai trouvé ma nouvelle réponse.

Pastel
124, rue McGill Suite 100 – Montréal
restopastel.com