Amérique du Nord

Auberge du Mange Grenouille

Critique Guide Restos Voir

Vous ne pourrez pas la manquer, cette jolie maison rouge, sur la rue Sainte-Cécile-du-Bic où elle se dresse avec une certaine audace. C’est qu’en plus de ses grands balcons blancs et de ses ornements de bois qui garnissent ses lucarnes meunières, elle vole un peu la vedette avec les multiples bibelots et décorations qui semblent vouloir vous souhaiter la bienvenue. À l’intérieur, non seulement on trouve une des meilleures tables de la région, mais aussi une sorte de musée de l’insolite où se côtoient une collection d’objets hétéroclites d’époque qui confèrent à l’endroit une ambiance féerique, un peu hors du temps. C’est dans le confort feutré de cette salle à manger qu’on pourra déguster les créations du chef Philippe Trépanier, qui sait marier, sans chichi, l’imagination à la tradition. Ici, la générosité est le mot d’ordre, autant pour les portions que pour les saveurs. En entrée, les cœurs et foies de canard magnifiés par le cognac s’harmonisent parfaitement à une salade fraîche et croquante, tandis que le tataki de bœuf s’accorde avec joie à une délicate rémoulade de bourgots. La suite est à l’avenant: faux-filet de cerf savoureux avec ses gnocchis qui fondent en bouche et pétoncles rôtis à point assortis à une étonnante ratatouille à la menthe et aux crevettes nordiques. Mention spéciale pour la carte des vins bien garnie et les propositions végétariennes soignées et hautes en couleurs. En somme, un excellent souvenir de vacances à inscrire dans son journal de bord, pour mieux y revenir.

  • Auberge du Mange Grenouille
  • Auberge du Mange Grenouille
  • Auberge du Mange Grenouille
  • Auberge du Mange Grenouille
  • Auberge du Mange Grenouille