Mélisse, cocon frais et gourmet
Nouvelles

Mélisse, cocon frais et gourmet

Comme un air de déjà-vu… En entrant dans la vaste salle du Mélisse, on a l’impression de mettre les pieds dans une publication Instagram de foodies sur le nouveau resto du moment, tendance côte Ouest : vert et blanc dominants, plantes à foison, contraste osier et béton… La déco nous évoque Venice, LOV et autres restos frais-santé-végé.

Ceci dit, la firme Lovasi a fait du beau travail, et le vaste espace industriel (90 couverts environ) avec ses tuyaux apparents s’est paré d’une belle atmosphère romantique et coquette avec le mobilier vintage et l’éclairage tamisé. Et si Mélisse nous a donné la première impression de ne pas vraiment sortir des sentiers battus, le resto a su bien se démarquer pendant le reste du repas.

L’adresse avait déjà fait parler d’elle depuis son ouverture cet été pour ses déjeuners gourmands (dès 7h30), ses délicieuses tartines et salades au lunch et ses brunchs de fin de semaine. Depuis mi-décembre, le restaurant situé sur la rue William, à l’orée de Griffintown, est ouvert pour le souper. On vient y manger en regardant tomber la neige par les larges baies vitrées qui entourent l’espace, ou en profitant de la charmante terrasse l’été.

Associations originales

restaurant-melisse-montreal-vieux-montreal-rue-prince-5-e1496753446666

La propriétaire Caroline Desgagné, une ancienne de chez Soupesoup, voulait avant tout offrir une bonne cuisine à prix abordable. C’est un pari réussi avec l’excellent rapport qualité-prix de ces assiettes gourmandes, créatives et aux belles présentations, allant de 10 à 26 dollars. On se régale des plats du chef Bertrand Giguère. Le restaurant se dit « de cuisine santé », mais n’ayez pas peur de l’appellation ; elle réfère simplement aux produits locaux et de qualité.

Comme entrée ou à partager façon tapas, on aime l’originale association pétoncle et mortadelle (faite maison), accompagnée d’une purée de haricots blancs à l’ail rôti et au romarin. Moins osée mais tout aussi savoureuse, la salade de haricots fins avec œuf poché, champignons, lardons croustillants, parmigiano reggiano et chips de pommes de terre rattes.

La bavette de bœuf Black Angus est cuite à la perfection – presque croustillante à l’extérieur et d’une exquise tendreté à l’intérieur. Sa purée de pommes de terre est montée à la moelle pour un maximum de goût, légumes de saison en sus. Le cobia cuit au four s’accompagne d’une savoureuse émulsion de carottes avec fèves tonka : de quoi relever savamment le poisson. Les techniques sont maîtrisées et la créativité bien au rendez-vous !

Finesse jusqu’au dessert

Du côté des vins, la carte est signée par le vigneron et sommelier Alain Rochard (Rouge-Gorge). On y trouve des importations privées à dominante bio, toutes proposées aussi au verre. Si la carte est pour le moment presque exclusivement française, elle devrait prochainement être retravaillée pour intégrer des options d’origines plus diverses.

Pour finir sur une touche sucrée – allez-y, c’est léger -, on opte pour la « panna tonka », une délicate crème cuite accompagnée d’agrumes pour la note acidulée. Plus consistant, le sablé breton à la fleur de sel est recouvert d’une mousse de chocolat blanc, balancée par des morceaux d’ananas. Des créations originales dans une mise en place chaque fois très soignée.

Frais, goûteux et apaisant comme de la citronnelle, synonyme de mélisse : cet endroit porte bien son nom délicat. Certes, le menu doit encore s’ajuster et le restaurant se placer pour le service du soir. Mais le ton est trouvé, et on lui souhaite de poursuivre encore longtemps sa cuisine créative à petit prix, en osant imposer sa personnalité.

Mélisse
719, rue William – Montreal
514 379-3794
www.restaurantmelisse.com