Spago, le resto du cinéma québécois
Nouvelles

Spago, le resto du cinéma québécois

Dans la rue Morin à Sainte-Adèle, le restaurant Spago et le Cinéma Pine se font quasiment face. Leurs dirigeants respectifs, Louis Desjardins et Tom Fermanian, se connaissent depuis plusieurs années et sont animés par la même passion: le cinéma, et plus particulièrement le cinéma québécois.

En 2001, ces deux amateurs du septième art ont décidé d’associer leurs commerces pour promouvoir des œuvres cinématographiques québécoises en organisant l’avant-première d’Un crabe dans la tête de David La Haye, en présence de l’équipe du film. Depuis, une quarantaine de films ont été projetés en avant-première au cinéma Pine tels que C.R.A.Z.Y, certains films de Denys Arcand ainsi que la première mondiale d’Un homme et son péché.

«C’est un grand événement. Nous organisons généralement un brunch le dimanche matin au Spago après le visionnage du film au Cinéma Pine. Environ cent personnes sont conviées sur invitation et nous faisons aussi gagner des places lors d’un concours», explique Louis Desjardins, le directeur du Spago.

Avant-premières à l’ancienne

Tout le monde ne peut pas se targuer de pouvoir organiser des avant-premières de films au beau milieu des Laurentides, et avec les plus grands du cinéma québécois. «Tout ça c’est grâce à Tom et ses contacts, il a été assez actif dans l’industrie du cinéma», indique Louis. En effet, l’actuel dirigeant du Cinéma Pine baigne dans ce milieu depuis l’enfance.

«Mon père a fondé le Cinéma Pine il y a 70 ans, et c’est certainement le plus vieux cinéma ayant constamment opéré sous la même famille au Québec. Sa réputation aide beaucoup à décider les distributeurs de bien vouloir projeter les avant-premières ici. Il y a aussi de nombreux de comédiens et d’artisans du film qui habitent dans le coin», confie Tom Fermanian. En 2006, l’établissement a même gagné le prix Jutra du meilleur exploitant pour son implication dans le cinéma québécois.

Ces journées constituées d’une projection au Cinéma Pine et d’un brunch au restaurant Spago sont considérées comme des avant-premières «à l’ancienne» par Tom: «Avant, les artistes se déplaçaient beaucoup plus pour présenter leur film, maintenant ils ont moins le temps et les avant-premières se déroulent dans les cinémas des grandes villes. Mais les artistes aiment toujours venir à Sainte-Adèle quand ils le peuvent».

«Plaisir à 2»

Le 5 avril prochain, les deux établissements devraient accueillir l’avant-première de La Bolduc en présence de l’équipe du film, soit un jour avant sa sortie officielle. Des demandes d’avant-premières, les deux compères n’en manquent pas, mais malgré l’autorisation des distributeurs il n’est pas toujours facile d’organiser ce genre d’évènements. «Pour chaque avant-première nous devons mettre la main à la poche. C’est un outil de promotion pour notre village et nos entreprises, mais il est de plus en plus difficile pour les artistes de se rendre disponibles», explique Tom.

Ces événements apportent leur lot de rencontres et de souvenirs. «À l’avant-première d’Un homme et son péché, nous avions installé un petit chapiteau à l’extérieur du Spago. Mais il pleuvait tellement qu’un ruisseau coulait sous le chapiteau. Pendant la réception, nous avons mis des sacs de sable pour improviser des ponts, c’était désastreux mais tout le monde a rigolé», se souvient Louis.

En parallèle des avant-premières, le désir des deux dirigeants était aussi de promouvoir le cinéma au niveau local. Pour cela, ils ont mis en place le concept «Plaisir à 2», un forfait restaurant et cinéma pour une même soirée. «C’est pour encourager les gens du coin à se payer une bonne table et une place de cinéma à prix raisonnable…»

Restaurant Le Spago
21, rue Morin – Sainte-Adèle
450 229-0229
restaurantspago.com