Le PhoqueFest revient pour une deuxième édition
Nouvelles

Le PhoqueFest revient pour une deuxième édition

Le festival du phoque fait son retour dans plusieurs restaurants à Montréal, Québec et aux Îles-de-la-Madeleine jusqu’au 31 mars.

Initié par l’organisme SeaDNA l’année dernière, le PhoqueFest veut démocratiser la viande de loup marin en l’offrant dans différents restaurants participants. Pour organiser le festival, SeaDNA a fait appel à Resto Mania, organisateur de festivals gastronomiques. Les deux entreprises souhaitent démystifier le loup marin et faire découvrir au public une saveur 100% canadienne.

« Notre mission, c’est de faire connaître le loup marin. C’est une viande qui reste peu connue et il faut démystifier cette ressource naturelle. La chasse a été un tabou pendant longtemps, pourtant c’est une ressource abondante au Canada et c’est un très bon produit », explique Romy Vaugeois, directrice du développement des affaires chez SeaDNA.

« Quand SeaDNA nous a approchés pour faire un festival sur la viande de phoque, on a trouvé ça particulier. On avait beaucoup de questions, on voulait comprendre la réalité des faits! Une fois qu’on y a goûté, on est tous restés unanimes: c’est vraiment délicieux », raconte Alex Bar, organisateur de l’événement.

Les deux organisations ont lancé la première édition l’an dernier auprès d’une quinzaine de restaurants au Québec, qui ont proposent pendant dix jours des plats à base de l’animal marin. « D’un côté, il y avait les chefs propriétaires qui connaissent cette viande et qui voulaient encourager son rayonnement, de l’autre, beaucoup de propriétaires de restos ne savaient même pas que c’était légal de le chasser. Même dans l’industrie, parfois, les gens ne sont pas éduqués », explique Alex.

Malgré quelques inquiétudes quant aux réticences du public, le festival s’est déroulé sans embûches: « Il y a certains tabous qui persistent et certaines personnes sont contre cette chasse et cette consommation sans même savoir pourquoi, sans connaître la réalité. On s’attendait à avoir de mauvais commentaires pour la première édition et finalement, on n’en a eu un seul. Les gens ont adoré! », se réjouit l’organisateur de l’événement.

Cette année, le festival prend de l’expansion et monte à 23 le nombre de restaurants participants, entre Québec, Montréal et les Îles-de-la-Madeleine. Le public pourra goûter à la viande de loup marin au Grumman78 ou au Manitoba à Montréal, ou encore à aux restaurants Le Pied Bleu et Le Renard et la Chouette à Québec.

« L’an passé, on avait surtout des petits restaurants. Là, on a des restaurants plus importants, plus haut de gamme », indique Alex. Pour sa 2e édition, le festival va présenter une variété de restaurants et d’assiettes, du restaurant haut de gamme à la cuisine de rue. Il y aura à la fois des produits presque non transformés comme du tartare et de la viande fumée mais aussi des charcuteries, du filet, des sandwiches, des pogos et du tataki.

Les chefs comparent parfois la viande de loup marin à du cerf ou de l’orignal. Le tataki de phoque est le plus populaire, c’est un peu comme un filet mignon. On peut le manger avec une sauce aux petits fruits, aux algues ou aux champignons.

« La viande de loup marin est un peu salée et a un côté iodé donc si on la relève un peu, ça a un gout exceptionnel. Ça ressemble à de la bavette en termes de texture. Puis ça a une très belle couleur, mauve fuchsia. Quand c’est servi dans une assiette avec des patates douces ou de l’avocat, c’est magnifique », explique l’organisateur.

Le festival compte bien continuer à s’étendre à d’autres restaurants pour la prochaine édition et a déjà des projets pour le futur. « Notre marché, c’est d’abord et avant tout le Québec, dit Alex, mais on commence à regarder vers l’Ontario… »

PhoqueFest
Jusqu’au 31 mars
phoquefest.ca