Médina : tajines et baladi sur Saint-Denis
Nouvelles

Médina : tajines et baladi sur Saint-Denis

Il faut un certain culot pour ouvrir un resto sur la rue Saint-Denis ces temps-ci… Elyes Chaabani et Clément Bourdrel l’ont fait, reprenant le local déserté par feu la Brasserie Saint-Denis qui avait survécu quelques mois à peine. Médina, c’est la sœur de La Rose des Sables, un restaurant tenu par Elyes dans Rosemont. Attristé de devoir souvent refuser du monde, il s’est associé à Clément et s’est mis à la recherche d’un autre local.

Si le menu est sensiblement le même dans les deux restaurants, le décor est plus subtil dans celui du Plateau. On retrouve le local de la Brasserie Saint-Denis peu retouché, si ce n’est une disposition des tables plus aérée, un mur peint en vieux rose, des grilles en fer forgé à l’oriental et quelques lampes du souk. On est loin des clichés tape-à-l’œil de certains restos maghrébins, et on apprécie ici cette déco sobre et élégante. L’ambiance y est relaxe, la lumière tamisée et la musique discrète.

Le menu est concis mais bien fait. On y retrouve les classiques de la cuisine tunisienne (d’où sont originaires Elyes ainsi que le chef) et quelques plats revisités. On commence par des mezzés à partager, dans la tradition méditerranéenne – on opte notamment pour le baba ghanouj et la salade houria, goûteux à souhait, ou pour un brick, l’entrée traditionnelle tunisienne. Mais on garde légère l’entrée en matière, histoire de se garder de la place pour les (solides) plats de résistance.

Si les Montréalais connaissent bien les tajines, couscous et autres keftas, on est sans doute moins familiers avec la gargoulette, un plat encore jamais rencontré au menu d’un resto maghrébin au Québec. Ce ragoût d’agneau, qui porte le joli nom périphrasé de «plat des Seigneurs du Sahara», est cuit et mariné dans une jarre d’argile. Les plats sont riches et plein de saveurs – peut-être parfois un peu trop relevés pour un palais sensible.

Pour goûter à un bel éventail des saveurs du menu, on vous suggère la table d’hôte ou le menu dégustation (3 et 4 services). Les propriétaires ont importé de Tunisie de nombreuses pièces de vaisselle, plats et théières, histoire de rendre le service encore plus authentique. Si vous venez souper un vendredi ou un samedi, vous en outre profiterez d’un spectacle de danse baladi, comme à la Rose des sables.

Côté breuvages, on s’offre un des vins bio à la carte ou un cocktail – dans les créations de Médina, les saveurs du Maghreb viennent ajouter une touche originale aux mélanges. Repus, on finit malgré tout le repas avec un assortiment de desserts tunisiens où la fleur d’oranger et l’amande dominent, et l’on accompagne ces pâtisseries fines avec un thé à la menthe qui goûte l’Afrique du Nord – un thé à menthe réussi n’est pas coutume en Occident!

Bref, une nouvelle adresse bienvenue à Montréal où, si les restos de sushis et autres spécialités étrangères sont légions, la cuisine maghrébine se fait plus rare. On goûte ici à des saveurs authentiques, servies avec fierté et l’envie véritable de partager la culture tunisienne. Souhaitons à Médina de tenir plus longtemps que ses congénères du Plateau.

Médina
4350, rue Saint-Denis – Montréal
www.medinamtl.com